Quelques mots sur Via K&co

Trois générations qui donnent le ton dans la parfumerie.

La première génération

1952: Les jeunes mariés Edgard Lambrecht et Jacqueline Vanderhaegen acquirent une droguerie, située dans l’Avenue Guillaume Gilbert à Ixelles, (Bruxelles) et s’y installèrent. Étreints par l’étroitesse du magasin, ils rêvent très rapidement  d’un commerce plus vaste. Deux ans plus tard, l’opportunité se présente dans la même rue: un terrain à bâtir qui convient à leurs désirs.

1957: Nous parlons de l’année précédant l’Expo ’58. Le couple a construit un immeuble très moderniste aux traits tendus, dont le magasin est le point culminant avec ses éléments résolument futuristes. Dans une rue qui n’excelle pas forcément d’originalité, l’immeuble de béton, d’acier et de vitrages énormes tape immédiatement à l’oeil. Ce n’est donc pas une coïncidence que le magasin est exposé à l’Expo ‘58 dans le Pavillon Belge comme un modèle de magasin du futur. Cette petite anecdote est exemplaire pour l’esprit branché de ces deux personnes diligentes. Ils sont conscients de l’idée du progrès, et ils l’embrassent à bras ouverts. Un avenir s’annonçant très orienté vers le style, le bon goût, la technologie, le confort et l’esprit ouvert.

Les sixties et les seventies: La droguerie est prospère, mais le petit coin de parfumerie sort de sa marge et devient de plus en plus important dans le magasin: Jacqueline est déjà consciente du fait que la parfumerie deviendra un booming business. Elle voit que les gens ont plus de moyens et gagnent plus d’argent. Elle comprend que ces gens réserveront plus de temps et de moyens  pour leur confort, leur détente, leurs voyages, leurs vêtements et leur... désir du luxe. Ainsi elle réussit d’offrir très vite une gamme branchée de marques renommées. A cette époque Jacqueline est déjà consciente que le marché évoluera aussi vers les exclusivités.

La seconde génération

L’historique: Il est rapidement clair que, des trois enfants dans le ménage, la fille Christine Lambrecht marchera sur les traces de sa mère. Depuis ses onze, douze ans elle aide sa maman dans la parfumerie pendant les vacances scolaires. Quelques années plus tard elle y élabore en surplus un institut d’esthétique. Le soin de visage et de corps, le maquillage, la manucure et la pédicure seront ses nouvelles habiletés. Après un certain nombre d’années ceci ne suffira plus: les multiples contacts avec les hommes et femmes du monde de la parfumerie la font rêver d’un tournant dans sa carrière.

Les nineties: Christine entame un nouveau pas dans le secteur de la parfumerie: elle est engagée chez Estée Lauder. Son approche intuitive des contacts humains est désormais enrichie d’un sens pragmatique du big business cosmétique. Ce cocktail idéal  aboutit très vite dans un succès commercial éclatant.

Des brands prestigieux comme Aramis ou Tommy Hilfiger ainsi que Donna Karan ou Estée Lauder, elle parvient à y mettre la main dans un style unique et très vite remarqué. Le lancement et le positionnement de La Mer sur le marché Belge couronneront  enfin son travail.

2003: Christine quitte Estéé Lauder après 13 années et  change le cap vers les Pays-Bas. Elle devient Directeur Commercial de Koh Cosmetics International. Christine aperçoit très vite que la Belgique et le Grand-Dûché de Luxembourg ont le potentiel d’un marché croissant pour cette gamme luxueuse de produits de soins d’ongles et de mains.

1 avril 2005: Via K&co est née. La firme s’installe d’abord à Grimbergen et déménage à Keerbergen deux ans plus tard.  Avec au début pas plus que le brand KOH, dont Christine obtient la distribution exclusive pour le Belux.

La troisième génération

L’historique: Sara Rouffaer, la fille de Christine, grandit dans cette ambiance de la cosmétique. Cependant rien n’indique que plus tard elle suivra les traces de sa mère.

Au contraire, après ses études humanitaires, elle part pour l’étranger: elle travaille une année en bénévolat à Costa Rica.  Mais une seule année en deviennent six... puisque Sara ira étudier aux Etats-Unis durant 5 années l’Anglais, l’Espagnol et la politicologie d’Amérique Latine. Son rêve est de travailler dans la presse, de préférence sur des sujets Américo-latines.

Pourtant, après cette vie d’expatriée, elle décide un jour de retourner dans son pays natal.

2001: Sara est embauchée dans la firme suédoise Oriflame Cosmetics. Elle s’occupe de la logistique internationale.

A la fin de 2007, elle quitte Oriflame et rejoint sa mère dans Via K&co.

1 janvier 2008: Sara devient partenaire dans la firme. Une nouvelle répartition de tâches s’impose, basée sur les expériences, les talents et les préférences de chacune. Christine s’occupe principalement de l’aspect commercial. Sara de son côté veut faire croître l’efficacité et l’organisation de Via K&co. Son expérience et son métier acquises chez Oriflame  l’aideront d’emblée.

Via K&co est le fruit de cette combinaison parfaite de mère et fille, de réflexion commerciale et logistique, de créativité et d’engagement. Ces éléments ont fini de faire croître le portfolio de marques de niche typiques pour Via K&co, une firme que vous connaissez désormais un peu mieux.