la magie est la Parfumerie Moderne.

Dans un palace depuis longtemps abandonné, le jeune garçon, sur la pointe des pieds, monte l’ escalier de marbre. Arrivé au dernier étage il se glisse dans une suite majestueuse. Un flacon de parfum repose au fond de la table de nuit poussiéreuse. Intrigué par le flacon sans étiquette il enquête. L’appartement a longtemps été occupé par une princesse indienne. Mais le parfum n’a rien d’oriental. Il sentirait plutôt le lilas. D’où vient-il ? Coty, Houbigant, Gabilla, Lenthéric? Des parfums au lilas, il y en eu plus de deux cents. Tous créés avant sa naissance, disparus pour la plupart. Celui-ci a t il été conçu expressément pour la princesse par l’une des grandes maisons de composition basées en Suisse? C'est pour prolonger la magie de cette découverte que Philippe Neirinck créé la Parfumerie Moderne.

Paradoxe : La Parfumerie Moderne renvoie au passé. Son langage s’invente entre la Belle Époque et les Années Folles, grâce à l’usage de nouvelles matières, permettant notamment d’évoquer le parfum complexe du lilas. Il se trouve que cet âge d’or de la parfumerie est aussi celui de la naissance des palaces. Le Parfumeur Moderne s'inspire de cette époque glamour, évoquant les hôtels mythiques à l'élégance intemporelle, dans lesquels les voyageurs élégants du monde entier venaient en villégiature...

Ce n'est pas un hasard si Marc-Antoine Corticchiato est corse comme François Coty, l’homme qui a propulsé le parfum dans le XXème siècle. Avec Philippe Neirinck, ils ont conçu quatre fragrances, hommage à quatre palaces mythiques. Des créations elégantes et ciselées qui défient le temps et la tyrannie du consensus.